#JusticepourlesOpticiens

Détails du testing : Retard accommodatif (Lag)

Vision de Près

Nom du Test : Retard accommodatif (Lag)

But du Test : Mesurer la réponse accommodative à un stimulus VP

Définition du Retard Accommodatif (lag)

Pour un stimulus donné, la réponse idéale devrait avoir pour valeur la proximité du stimulus or ce n'est généralement pas le cas; il existe une erreur de focalisation.
La différence entre le stimulus accommodatif et la réponse accommodative du sujet est appelée lag (=retard) ou lead (=avancée).
On observe qu'en VL il y a une sur-accommodation en moyenne de 0,37 à 0,50 δ qui se définit par un LEAD (LAG négatif). Elle peut être interprétée comme étant une tendance du sujet à se rapprocher de l'accommodation tonique. C'est la raison pour laquelle les instructions données au sujet sur la fixation de la cible, comme les procédures de contrôle de l'accommodation lors de la réfraction, sont très importantes.
En réponse à un stimulus VP, on remarque que la réponse est inférieure à la stimulation, il en résulte un retard accommodatif ou LAG. Ce lag augmente de façon régulière au fur et à mesure que l'on rapproche le stimulus. Il atteint une valeur moyenne de 0,50 δ +/-0,25 δ, quand on passe la barre des 40 cm (stimulus de 2,50 δ) chez un sujet normal.

Le lag est en général utilisé pour confirmer ou suspecter des problèmes de vergence, des dysfonctionnements accommodatifs ou un doute sur la réfraction VL.

Normes du Test :
Le lag doit avoir une valeur moyenne de 0,50 δ +/-0,25 δ pour un sujet normal ayant une distance de travail de 40 cm.

* Si le lag est inférieur à +0,25 δ, on pourra suspecter :

- des spasmes accommodatifs
- un excès accommodatif
- une exophorie mal compensée (utilisation de l'accommodation et de la convergence accommodative pour aider la fusion VP)

Il faut alors tester :
- les ARN/ARP (ARN inférieure à la norme ? Et/ou ARP supérieure à la norme?)
-les facilités accommodatives
- les phories asociées et dissociées VP / le gradient / les réserves fusionnelles.

* Si le lag est supérieur à +0,75 δ, on pourra suspecter :
- une insuffisance accommodative
- une presbytie débutante
- une réfraction VL trop concave
- une esophorie mal compensée (diminution de l'accommodation et donc de la convergence accommodative pour limiter la surconvergence VP liée à l'ésophorie)

Il faut alors tester :
- L'applitude d'accommodation
- revoir la réfraction VL (sous cycloplégique)
- les ARN/ARP (ARN supérieure à la norme ? Et/ou ARP inférieure à la norme?)
- les phories asociées et dissociées VP / le gradient / les réserves fusionnelles

* Lors de la comparaison des lag OD et OG
Normalement le lag doît être identique entre l'OD et l'OG. Une différence pourra signifier un problème fonctionnel ou pathologique. Une différence de 0,25 δ peut être considérée comme étant liée à l'erreur instrumentale.

Méthodologie du Test :
La réponse accommodative peut-être influencée par de nombreux facteurs. Il est donc important d'en contrôler un maximum :
- Test utilisé
- Luminance
- instructions données au sujet
- ...

Il existe deux grandes familles de test :
             -> Méthodes objectives = skiascopies dynamiques.
             -> Méthodes subjectives = duochrome VP, cylindres croisés fixes.

1- La skiascopie dynamique

Elles se fait en VP, en tenant compte de l'accommodation. Le sujet porte sa compensation VL et fixe binoculairement un objet VP (lettre, dessin...) placé sur le skiascope ou à proximité.

Aucun verre de travail n'est introduit. Le skiascope est tout d'abord placé dans le plan du test en VP tandis que le sujet regarde le test, le clinicien observera le mouvement du reflet pupillaire :
             -> si le reflet est direct, le sujet accommode en arrière du test, sa réponse accommodative VP est donc un lag.
             -> si le reflet est inverse, le sujet accommode en avant du test, sa réponse accommodative VP est donc un lead.
             -> s'il est observé un point neutre, le sujet accommode dans le plan du test, sa réponse accommodative VP est donc un lag nul.

Cette méthode objective de mesure de la réponse accommodative VP permet de mettre en évidence une différence de lag entre les deux yeux et de dépister notamment une erreur au niveau de la balance binoculaire VL.
Il existe de nombreuses méthode de skiascopie dynamique. Voici les trois principaux procédés (cliquez sur le test pour accéder sa la fiche) :
             -> la
skiascopie isodynamique (méthode de TAIT)
             -> la skiascopie hétérodynamique (méthode de NOTT)
             -> la Méthode d'estimation monoculaire (MEM)

2- Méthodes subjectives

Les méthodes subjectives semblent donner de moins bons résultats que les méthodes objectives.
Les tests sont :
             -> Le duochrome VP
             -> Les
cylindres croisés fixes et croix de Jackson

 

Dernière mise à jour le 06-04-2017 à 14:23.